Une antenne de Solidarités Nouvelles face au Chômage depuis 2013 sur la région.

Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC) est une association apolitique qui propose aux chercheurs d’emploi un accompagnement humain et personnalisé, grâce à son réseau d’accompagnateurs bénévoles à travers toute la France grâce à des antennes locales. Cette association existe dans le pays de la Mée depuis 2013. Mardi 22 juin, 5 des 8 membres de la SNC Châteaubriant étaient réunis à Ruffigné pour leur réunion mensuelle. Annie Boucherie actuellement co-responsable du groupe local est à l’origine de cette création. Elle explique « À l’époque, j’ai eu cette idée grâce à un membre de ma famille qui était dans cette association à Nantes. Grâce aux bénévoles, notre association apporte un soutien concret aux personnes en recherche d’emploi, souvent en difficulté passagère ou quelquefois durable. En les écoutant sans juger, et en les aidant à reprendre confiance ils peuvent redéfinir un projet professionnel. »

François Chauvin présente les objectifs de l’association « Notre mission principale est d’aider des personnes au chômage à retrouver du travail ou une formation. Attention, nous sommes à leurs côtés pour les accompagner pas pour trouver du travail à leur place » Geneviève Rétif précise « Nous les aidons à remplir des formulaires, nous les guidons pour rédiger leur C-V ou des démarches administratives qui parfois peuvent les décourager et les inciter à abandonner. Ces personnes bénéficient d’une écoute bienveillante sans jugement, ainsi que d’un suivi individuel et personnalisé » Jean-Louis Faucheux explique « Nous travaillons toujours en binôme complémentaire que nous appelons accompagnants. Le binôme idéal est une femme et un homme, un-e- retraité-e- un-e- actif-ve-. La personne en recherche d’emploi nous contacte pour prendre rendez-vous puis, nous la rencontrons pour une évaluation préalable afin de connaître ses attentes. Alors, la personne est suivie une heure toutes les trois semaines dans un lieu neutre, souvent dans un café discret. » Bernard Provost indique que « Si l’accompagné adhère au projet et est motivé il a toutes les chances de retrouver du travail et une vie sociale. Nous observons bon an mal an, un taux de réussite de 2 sur 3 en moyenne »

François Chauvin explique « Avec la crise sanitaire l’association tourne au ralenti. Nous espérons une reprise après les vacances bien que le nombre de chômeurs sur le pays de la Mée soit en net recul en ce moment. »